Translate

Affichage des articles dont le libellé est Macron. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Macron. Afficher tous les articles

2 juillet 2024

Jean-Dominique Michel

Il importe de connaître son ennemi...

Cliquer sur l'image ↴

24 juin 2024

LA DISSOLUTION DE MACRON EST DÉJÀ UN QUASI-COUP D'ÉTAT ! (vidéo)

Emmanuel Todd

Emmanuel Todd est anthropologue, démographe et historien. Il revient à nouveau sur Élucid pour proposer son analyse inédite des récents événements : pourquoi Emmanuel Macron a-t-il pris cette décision de dissoudre l'Assemblée ? Sommes-nous face à un Machiavel ou un Néron ? En réalité, le nihilisme des élites (dont Macron est une forme d'incarnation) se poursuit, et conduit le pays vers un chaos dont personne ne peut anticiper la nature...

Cliquer sur l'image ↴

Sommaire :

00:00:00 - Zapping
00:01:41 - La dissolution de Macron
00:07:15 - La crise de la démocratie
00:22:13 - L'état de la France
00:32:51 - Les causes économiques de la crise
00:40:56 - Le rôle de la religion
00:54:00 - La réalité du vote RN
01:09:34 - Le Macronisme et la stratégie présidentielle
01:18:43 - Le macro-lepenisme
01:23:35 - Le Nouveau Front Populaire
01:27:15 - L'instrumentalisation de l'antisémitisme
01:38:10 - Programmes économiques et Union Européenne
01:44:05 - Les hypothèses pour l'avenir
01:54:06 - Question finale

17 juin 2024

NERON

Gabriel Nerciat

Ce moment impromptu et savoureux entre tous où Jupiter découvre qu'il était seulement Néron.
Surprise : sa foudre ne peut consumer que lui.
Paris toutefois brûle plus lentement que Rome, peut-être parce que l'incendie y commence par la Bourse, et je gage que les nationaux-populistes se montreront plus habiles que les premiers chrétiens de l'Empire.
En tout cas, comme j'aime ce printemps panique, pluvieux et funeste aux élites progressistes.
Cela vaut bien les nuits chaudes d'Alger il y a plus de soixante ans ("Heureusement que Monsieur Herriot n'est plus là pour voir ça", répétait à mon père tous les matins sa voisine radicale-socialiste, après avoir entendu les discours de Jacques Soustelle ou de Michel Debré à la radio).

15 juin 2024

Macron : pas de piège ni de stratégie…

Pierre Duriot
Porte-parole du Rassemblement du Peuple Français


On entend, depuis les dernières élections européennes, des analystes parler de « plan » et de « piège » de Macron : il n’y en a pas. L’homme ne se relèvera pas d’un désaveu aussi violent de sa politique. A peine 15% de 50% de votants, ça fait 7% d’opinions positives de sa politique et encore, ces 7% comprennent Renaissance, le Modem, Horizon… c’est-à-dire que le parti Renaissance de Macron ne pèse plus rien. Pire, Macron cristallise les opinions négatives, le rejet, voire la violence à son égard et chaque fois qu’il ouvre la bouche, il perd des points et en fait perdre à ses partenaires et ses candidats. Il n’y a ni piège ni plan pour pouvoir revenir en grâce parce que ce n’est plus possible. En cela il est parfaitement dans les clous de ce qui pourrait être le profil psychopathologique que lui décrit un psychiatre italien dont l’analyse fait florès sur les réseaux sociaux : fascination, doute, détestation. Il a fasciné, avec l’aide certes, d’une presse subventionnée acquise à sa cause, puis le doute s’est installé et il n’a dû sa seconde élection qu’au barrage contre l’extrême droite et on en est à la troisième phase : la détestation, cheminement habituel des dictateurs, ou apprentis dictateurs qui s’imaginent être toujours dans le vrai, avoir toujours raison et n’en font qu’à leur tête.

Et comme tous ceux dans son cas, sentant que les choses lui échappent, il choisit toujours la même solution, celle du chaos, selon sa formule habituelle : quel qu’en soit le prix et qui sied parfaitement au profil psychologique qu’on lui prête. Vous ne m’aimez plus, donc je vous déteste. Il sacrifie la paix sociale, en laissant les gauchistes violents s’en donner à cœur joie. Sacrifie ses alliés LR, avec un baiser de la mort, dont ne se relèveront pas ceux qui n’ont pas compris qu’il fallait prendre ses distances d’avec lui. Sacrifie les Jeux Olympiques, qui seront difficiles à assurer pour le nouveau gouvernement qui sortira des législatives. La « Grande presse » ne le dit pas, mais les perspectives sont sombres pour cet événement et il faut lire la presse étrangère pour le savoir. Les capitales étrangères suivent de très près ce qui se passe en France et n’ont pas une bonne opinion de la manière dont Macron gère la France. Les réservations ne décollent pas, les menaces d’attentats sont bien réelles, les Américains en font état et les délais de préparation des installations sont extrêmement tendus. Un plan B a même commencé à voir le jour pour la cérémonie d’ouverture.

Il sacrifie ses propres troupes, les licencie sans préavis, sans consultation, un dimanche soir entre l’isoloir et le dépouillement, alors que les résultats définitifs ne sont pas encore bouclés. Ni Braun-Pivet, ni Larcher n’ont été consultés, ce qui peut apparaître comme une faute constitutionnelle, une de plus. Pas mal de députés Renaissance qui ont tout abandonné pour le suivre, vont se retrouver sur le carreau, avec des chances de réélection très minces, le prix à payer pour avoir voté des lois scélérates jusqu’au milieu de la nuit. On ne va pas les plaindre. Sacrifie l’image de la France à l’international, offrant aux yeux du monde, le spectacle de finances à la dérive, d’une méthode autocratique dont on voit le bout et d’une délinquance devenue galopante, à base de coups de couteaux, de refus d’obtempérer, de viols, meurtres quotidiens, assortis d’une ambiance délétère dans les transports en commun et de nombreux quartiers, où les forces de l’ordre sont à la peine et où tout bascule avec des tirs inopinés par des agents à bout, toujours sur le qui vive et sur lesquels les voyous foncent désormais sans ménagement. Sans compter les empoignades régulières avec les casseurs d’extrême gauche, qui ont désormais les coudées franches pour installer eux aussi leur chaos, au prétexte d’une peur savamment programmée de « l’extrême droite ». Macron est devenu gênant pour tout le monde, y compris sans doute pour ses commanditaires, qui peuvent lui reprocher de n’avoir pas su faire entrer la France dans les processus de mondialisation et du fédéralisme européen, assez adroitement, c’est-à-dire, sans générer le chaos actuel.

Mais s’il n’avait pas dissout, il aurait aussi été critiqué, vont dire les autres. La sagesse aurait commandé de surseoir à toute réforme de fond, de laisser passer les JO et de se concentrer sur la tenue de cet événement qui va faire de la France le lieu de tous les regards cet été. Puis de dissoudre à la rentrée, après consultation. Mais le peuple a mal voté, le peuple ne m’aime plus, je vais le punir, comme je vais punir ce pays, qui doit disparaître dans l’utopie du mondialisme heureux, apanage seulement de quelques idéologues milliardaires.

Ça ne marchera pas. Les fonctionnaires, à la fois force et faiblesse de la France, vont tenir les boulons, les administrations vont faire le job, peut-être même que forces de l’ordre et armée se passeront d’ordre à un moment, si la nécessité impérieuse pour le pays s’en fait sentir. En réalité, ce pays peut se passer momentanément de gouvernement et surtout, de président. Il faudra garder un œil sur les banlieues, que l’extrême gauche est en train d’essayer de pousser à la guerre civile et un autre sur les casseurs de la même gauche, qui sont prêts à tout pour imposer un stalinisme dont ils ont décidé que c’était la solution idéale, quand bien même elle n’a jamais marché nulle part. Le peuple a voté RN, si tant est que ce parti soit celui du peuple et du changement de paradigme, mais en tout état de cause, le peuple doit être écouté et on verra si fin juin, le peuple réitère sa volonté de virer une clique qui se donne la France en héritage depuis quarante ans ans pour l’amener de la 11ème place en 1990, à la 24ème place mondiale, en termes de PIB par habitant, c’est-à-dire, bien moins de part du gâteau par habitant. Soit aussi, une dégringolade continue, au nom de la « bonne pensée », assortie de discours lénifiants qui ne consistent jamais qu’en une négation permanente des réalités.


4 juin 2024

BOULEVARD DU CREPUSCULE NORMAND

Gabriel Nerciat

4/6/2024 - Jeudi soir, le Banquier Président va sans doute venir une fois de plus au journal de 20H nous expliquer que hier c'est aujourd'hui et aujourd'hui demain, et qu'un nouvel Hitler (slave, cette fois) s'apprête à lancer ses armées et ses missiles sur l'Europe, en s'appuyant sur un réseau de partis nationaux-populistes ou chrétiens-conservateurs qui menacent d'entrer en force au parlement croupion de Strasbourg.
Munich, encore et toujours, mais Munich cette fois conjuré par la cohésion de l'OTAN et l'ardeur belliciste d'Emmanuel Macron, le sauveur de la construction européenne et des rentes de nos retraités "en même temps" (enfin, de moins en moins, vu l'ampleur de la dette publique et du déficit budgétaire).
Macron, un débarquement en Normandie à lui tout seul.
Auquel il manque seulement des bateaux pour voguer vers le large, et des amiraux pour les diriger.
"SVP, fournissez-les-moi avant qu'il ne soit trop tard", va-t-il plaider.
Les oppositions crient au scandale, mais moi je trouve ce numéro de comique troupier plutôt plaisant et opportun, même si très rebattu, à trois jours du scrutin.
Je suis même persuadé qu'il amusera beaucoup le locataire du Kremlin, et permettra à la liste Bardella de franchir la barre des 35%.
Quand on passe de "L'Europe c'est la paix" à "L'Europe c'est la guerre", c'est un peu comme quand une vieille star du muet essaie de se maintenir coûte que coûte, ainsi que le montre le film de Billy Wilder, en tête du palmarès à l'époque du cinéma parlant.
Bide colossal assuré.
Ceux qui ont vu le film savent qu'il finit assez mal.

3 juin 2024

Macron : Une guerre pour cacher la déroute ?

H16

3/6/2024 - Les sondages sont assez clairs : c’est la déroute pour le camp macronien.

Ainsi, non seulement Mélusine Hayer ne parvient pas à décoller dans les intentions de vote au point qu’elle chatouille à nouveau ses plus bas niveaux depuis qu’elle est entrée en lice, mais en plus réussit-elle la performance de propulser Bardella, le concombre endimanché du Rassemblement national, à un niveau record que ses seules prestations, nulles, n’auraient jamais permis.

Certes, ce qui pousse la droite traditionnelle (que les journaux, la bave aux lèvres et la subvention en parachute, appellent courageusement “extrême”) à des niveaux rarement atteints jusqu’à présent n’est pas cantonné à la France puisqu’un peu partout en Europe, on retrouve cette même tendance.


Néanmoins, il ne fait guère de doute qu’Emmanuel Macron se prépare visiblement à une branlée de magnitude 9 sur l’échelle électorale, qu’il aura bien du mal a faire oublier politiquement, d’autant qu’elle s’ajoute à la catastrophe économique en cours (dont la dégradation de notation récente n’est qu’un symptôme d’ailleurs minimisé par le Bruno de Bercy avec l’aplomb culotté d’un cuistre vibrionnant). Le petit marquis de l’Élysée, assez furibard à l’idée que le peuple refuse de voir en lui autre chose que le petit emmerdeur qu’il a souhaité lui-même être ouvertement, doit donc en venir aux extrémités maintenant habituelles pour camoufler sa déroute.

On se souvient en effet qu’alors que montait la grogne des agriculteurs, et qu’il avait dû se rendre au Salon de l’agriculture sous les huées et avait donc ressenti les affres de l’humiliation en direct et sur les ondes, le président de la République s’était, quelques heures à peine plus tard, fendu de déclarations particulièrement va-t-en-guerre, précisant par exemple (c’était en mars) que la France ne devait pas renoncer à l’idée d’envoyer des troupes au sol afin sans doute que la déroute ukrainienne puisse être partagée par l’armée française.

Ici, le schéma semble furieusement le même : la véritable débâcle de son parti aux prochaines élections européennes n’est pas encore confirmée que, déjà, voilà notre généralissime prêt à autoriser l’usage d’armes remises par la France à l’Ukraine afin d’aller bombarder directement la Russie. Pour le moment, il camoufle l’envie d’en découdre directement avec les Russes dans une phrase alambiquée heureusement interprétable de différentes manières, souhaitant simplement que les Ukrainiens dégomment les batteries de missiles longue portée qui se trouvent en Russie.

Oui, il semble bien évident que Macron, fidèle à son En-Même-Temps qui a, en sept ans, mis le pays dans un embarras de plus en plus délétère, entend provoquer toujours plus les Russes et, en même temps, leur garantir notre pacifisme. L’actuel locataire de l’Élysée semble miser sur la perte de sang-froid de Poutine ou de ses généraux qui pourraient décider – enfin ! – d’attaquer directement un pays de l’OTAN, la France pourquoi pas, donnant – enfin ! – une opportunité de riposter sans plus barguigner ou tourner autour du pot.

L’idée, dans la tête de Macron, n’est probablement même pas d’un conflit ouvert, chaud et direct avec la Russie, qui comporte tout de même quelques risques pour ses propres miches (Macron a amplement démontré, jusqu’à présent, son manque total de courage physique), mais plutôt de galvaniser les Français derrière lui plutôt que contre lui, ce qui lui ferait un vrai changement depuis les Gilets Jaunes, période à laquelle il a définitivement compris qu’une frange du peuple en voulait à sa peau (il lui reste encore à comprendre que cette frange est maintenant majoritaire).


Malheureusement pour notre stratège en carton, il apparaît – au moins jusqu’à présent – que les dirigeants russes sont un peu plus malins que ce que les élites occidentales semblent croire (dans une auto-intoxication d’ailleurs visible avec l’histoire lamentable des sanctions contre la Russie) et Poutine n’entend pas trop suivre la voie que Macron veut lui tracer et joue plutôt sur un temps long dont Macron ne dispose pas.

Et alors que les provocations plus ou moins fines se multiplient donc, les dissensions entre Macron et, notamment, l’Oncle Sam se font chaque jour plus présentes : pour les Américains dont les prochaines élections approchent de plus en plus vite, les choses ne semblent pas suffisamment bien engagées pour abonder dans le sens général choisi par Macron et quelques autres marionnettes européennes : Biden, qui n’a jamais été aussi bas dans les sondages, ne peut plus trop utiliser le sujet ukrainien pour tenter de camoufler les effets désastreux de sa politique intérieure, et doit donc jouer sur du velours pour tenter de se démêler de ce conflit européen. Alors que Macron autorise des frappes hypothétiques avec les missiles français livrés à Kiev, les États-Unis, eux, l’interdisent formellement.


Autrement dit, Macron n’apparaît pas vraiment supporté par ses alliés américains, et les autres États membres de l’Union européenne semblent beaucoup moins pressés de se lancer dans de nouvelles aventures plus ou moins bien préparées, et ce alors que d’autres troubles s’accumulent un peu partout en leur sein : la question migratoire revient ainsi avec une insistance croissante pour les exécutifs européens, et les vagues de réfugiés – à la très faible proportion de femmes et d’enfants – ressemblent de plus en plus à une invasion, d’autant plus qu’avec les tensions croissantes au Proche et Moyen-Orient, les réactions des groupuscules islamistes pro-hamas un peu partout en Europe laissent perplexe : s’il semble logique et louable de réclamer un retour de la paix en Palestine, la façon de plus en plus hystérique avec laquelle les manifestants s’y prennent ressemble maintenant à de l’intimidation et de la violence psychologique (bientôt physique ?) qu’à un sain débat d’idées.

En somme, Macron continue de gesticuler en utilisant la politique internationale, qu’il ne maîtrise plus du tout et dans laquelle il passe à présent pour un dangereux bouffon, pour camoufler l’embarrassante catastrophe fumante de sa politique intérieure : en effet, personne ne peut croire à sa maîtrise de la première alors qu’il peine franchement à assurer un semblant d’ordre dans son propre pays.

On voit mal comment ça pourrait bien se terminer.


https://h16free.com/2024/06/03/77805-macron-une-guerre-pour-cacher-la-deroute

30 mai 2024

Emmanuelle Mignon


« S’il est un reproche qu’on ne peut faire à Emmanuel Macron, c’est de manquer de confiance en lui. Alors que l’immigration atteint des sommets, que le niveau de violence est sans précédent, que la dette publique a augmenté de 1 000 milliards d’euros en sept ans – dont 250 seulement à cause du Covid – que partout les services publics se dégradent, que notre influence diplomatique est en repli et que le Rassemblement national risque de faire un score jamais égalé aux élections du 9 juin prochain, il faut somme toute un certain culot pour s’afficher fièrement à la Une de L’Express avec cette formule péremptoire : « Notre stratégie est la bonne ». « Tout va très bien, Madame la Marquise », aurait sans doute été plus approprié. »
L'Express - 29/5/2024

28 mai 2024

Macron : la bourde et l’affolement

Pierre Duriot
Porte-parole du Rassemblement du Peuple Français


28/5/2024 - Macron dans son affolement, n’en finit plus de proposer un débat à Marine Le Pen, pendant la période électorale des Européennes. Il pense sans doute que, comme il a eu le dessus sur elle au cours de deux débats de second tour des présidentielles, il pourra faire descendre le RN dans les intentions de vote. Il oublie plusieurs choses, à fonctionner comme d’habitude, dans l’instant, comme un gamin capricieux qui voit ses affaires mal s’emmancher. Il oublie que pour une raison inexplicable, mais l’intéressée nous le dira peut-être un jour, Marine Le Pen aurait pu tranquillement le déstabiliser, les dossiers ennuyeux ne manquaient pas, entre l’affaire Alstom, le bilan financier, l’état des services publics, les mises en examen des ministres et ainsi de suite. Curieusement, elle a ménagé le président en 2022. On se souvient également que le total des voix de la candidate RN avait dégringolé en direct sur France-2, sans que ne soit donnée la moindre explication rationnelle, pour arriver au rapport de 58/42%, un écart très significatif qui n’était pas vraiment prévu par les sondages.

Il oublie aussi qu’il n’est pas candidat aux Européennes, mais président de tous les Français. Il sort ainsi de sa fonction, il en a l’habitude, entre les cuites en Afrique, les étreintes avec de jeunes étalons couleur d’ébène, les poses avec des musiciens danseurs déjantés, ou avec des comiques youtubeurs, sans compter les noms d’oiseaux permanents à l’adresse des Français. On imagine mal le Général de Gaulle dans de telles postures. Mais Attal, le premier ministre, avait été dépêché lui aussi, alors qu’il n’est pas non plus candidat, pour tenter d’enrayer la descente aux enfers de Valérie Hayer. La presse a expliqué en long, en large et en travers que Bardella avait été battu à plate couture, mais quelques jours après, les sondages montrent le contraire. Le président trépigne donc, il lui faut son débat pour ridiculiser, ou tenter de le faire, la députée RN qui n’est pas non plus candidate. Pathétique. Et tout le monde espère que Marine n’ira pas se fourvoyer dans ce piège grossier, avec des pseudo-journalistes en service commandé pour le pouvoir… comme toujours.

Mais ce faisant, Macron n’est plus président, virtuellement, il n’est plus qu’un candidat affolé, à la remorque de sondages qui ne lui sont pas favorables. Pire, il donne au RN, une véritable stature de parti de gouvernement, en le désignant comme susceptible de prendre le pouvoir, ce après quoi court le RN depuis des lustres : apparaître comme un parti de gouvernement parfaitement dédiabolisé : c’est chose faite, par la grâce de Macron. On ne peut pas crier « hou-hou, attention au parti des méchants de l’extrême droite » et en faire un interlocuteur privilégié « en même temps ». Et ses arguments, déployés en Allemagne sont pour le moins surprenants. « Nous avons besoin de plus d’Europe ». Allons donc et pourquoi ? Pour aller faire la guerre en Ukraine, se faire submerger par des normes de plus en plus débiles, ou pour accueillir de plus en plus de ces migrants cités chaque jour dans les faits divers ?

Et de se plaindre, avec la cohorte de journalistes subventionnés, que les Français ont le tort, c’est bien connu, les Français ont tous les torts, de « nationaliser » le scrutin. Les finauds éditorialistes expliquant que les Français confondent tout : « Ce n’est pas un scrutin national ». Ah bon ? Parce que les Français ne souffriraient pas chez eux des conséquences des décisions européennes, qui vident leurs bas de laine, rendent leur présence risquée dans les lieux publics et les obligent à des dépenses sans cesse plus élevées pour maintenir leurs maisons et leurs voitures aux fameuses « normes » ? Oui, c’est bien aussi un scrutin national, parce que les décisions iniques de cette Europe impactent quotidiennement, ici, nos existences devenues précaires. Et donc, les Français auraient raison de ne pas voter pour la clique du président, le plus zélé à appliquer les directives européennes et le plus zélé pour perdre avec délice, une à une, les prérogatives souveraines de la France. Le voilà en passe de donner notre porte-avion, notre dissuasion, notre siège à l’ONU : ce ne serait pas de la « haute-trahison », par hasard ? La loi de 2007, par l’article 67, précise le principe de l’irresponsabilité du chef de l’État. Aucune action ne peut être engagée contre lui pour des actes accomplis en sa qualité de Président, même après la fin de son mandat. Cette immunité est valable à la fois dans le domaine pénal, civil et administratif. Elle vise à protéger la fonction présidentielle et non son titulaire. Mais l’article 68 prévoit la possibilité de destituer le Président, en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat : le meurtre ou autre crime grave, les comportements contraires à la dignité de la fonction, l’utilisation manifestement abusive des pouvoirs présidentiels aboutissant au blocage des institutions, refus de promulguer les lois, de convoquer le Conseil des ministres, de signer les décrets et les traités. Ou par exemple, donner à une instance supra-nationale, l’Europe, les leviers de la souveraineté nationale, ou décider seul de la participation à une guerre qui ne nous regarde pas ? Il semble qu’on soit aux prises avec un peu tout cela ?

L’exercice de la démocratie, c’est le pouvoir par le peuple sur les affaires de son pays. Si le peuple est soumis, par des dirigeants indignes, à une instance supra-nationale non élue, comme la Commission Européenne, qui fait la pluie et le beau temps dans le quotidien des Français, nous ne sommes plus, de facto, en mesure d’avoir un quelconque pouvoir sur les affaires de notre pays et donc, nous ne sommes plus en démocratie. Nous ne le sommes déjà plus vraiment, on avait bien compris cela, mais en ne virant pas les amis de Macron le 9 juin prochain, les prochaines élections, si elles ont lieu, risquent de n’être qu’un genre de folklore que l’on oubliera vite. Par son entrée en campagne, le président ne commet jamais qu’une bourde de plus, montre ostensiblement son affolement et confirme que nous sommes bien en dictature.

https://rassemblementdupeuplefrancaiscom.wordpress.com

https://t.me/R_P_France

26 avril 2024

Radu Portocala

25/4/2024 - Il y a eu, pour commencer, les photos de lui bronzé et rieur, faisant du jet ski - représentation parfaite du playboy des plages, censée peut-être flatter les clients des Restos du cœur.
Il y a eu, ensuite, dans le registre « je suis le chef, je gère le monde », les photos le montrant en tricot militaire, avec une barbe de trois jours, dans son bureau, là où il rectifie notre destin.
Il y a eu, voilà peu de temps, les photos le montrant avec des bras qui ne sont pas les siens, avec un rictus de gladiateur qui assène le coup fatal, cognant dans un sac de frappe qui symbolisait probablement le président russe.
Et il y a maintenant les images du match de football où il a joué dans l’équipe « Variété Club » (mais quel aveu extraordinaire !), avec le maillot couvert de réclames sous lequel les bras étaient plus modestes qu’il y a quelques semaines.
La pente de la démagogie grotesque étant glissante, celui qui assiste à cette mascarade trop souvent renouvelée est en droit de se demander quelle sera la prochaine étape dans cette course à l’abaissement de la France.

24 mars 2024

BOXE, OH DEESSE DE PIERRE (Claude Nougaro)

Gabriel Nerciat

Depuis ce matin, j'entends plein de gens narquois ou critiques qui se moquent du chef de l'Etat dans son élégante posture de boxeur poids lourd.
Même ma collègue Sandrine C., militante convaincue de l'extrême centre européiste, et qui ponctue toujours nos rares conversations politiques par un insatiable "Mais quand même, tu ne peux pas nier qu'il est intelligent, Macron !" semble assez gênée et réservée depuis qu'elle a vu ces clichés.
Pour ma part, je trouve tous ces gens très injustes.
Ces photos me semblent aussi admirables que touchantes. Réalistes, surtout.
Elles exhibent la détresse d'un homme seul contraint de boxer contre lui-même parce que plus personne, et Vladimir Poutine moins que tout autre, ne juge digne de l'affronter sur un ring.
Emmanuel Macron est peut-être d'abord un comédien médiocre et un normalien avorté, qui a eu la très mauvaise idée de devenir président de la République afin d'oublier qu'il avait raté sa vie.

16 mars 2024

Macron et l’Ukraine : analyse d’un charabia

Pierre Duriot
Porte-parole du Rassemblement du Peuple Français


16/3/2024 - Le discours présidentiel sur l’Ukraine, au premier abord, semble relever de la prestation théâtrale, sur un mode auquel le président nous a habitués : parler pour ne rien dire. Mais avec la transcription à l’écrit et l’analyse mot à mot, les incohérences apparaissent pleinement et on se pince pour se dire qu’il est le président et que ses mots engagent toute la nation. Morceaux choisis :

« Nous avons mis trop de limites dans notre vocabulaire. Nous ne sommes pas dans l’escalade. Nous ne sommes pas en guerre contre la Russie mais, soyons clairs, on ne doit pas la laisser gagner. » Qu’est ce à dire ? On ne va pas se battre, mais la Russie ne doit pas gagner ? Il fait comment ?

« La contre-offensive ukrainienne ne s’est pas passée comme prévu. La situation est difficile pour les Ukrainiens. Ils ont des limites en termes d’hommes car la Russie est un plus grand pays. Oui, ce début 2024 doit être l’année du sursaut. » Mais encore ? L’Ukraine a gagné, peut gagner, ou est sûre de perdre ?

« Nous ferons le nécessaire pour atteindre notre objectif. Si la Russie venait à gagner, la vie des Français changerait. Nous n’aurions plus de sécurité en Europe. » Si la Russie venait à gagner ? Donc elle peut gagner ? On ne saurait trop lui rappeler, également, que la vie des Français a changé, en moins bien, non pas à cause de la Russie, mais à cause des sanctions occidentales.

« La Russie est un adversaire. Le régime du Kremlin est notre adversaire. Mais nous ne sommes pas en guerre contre la Russie. Nous sommes prêts à répondre à une escalade possible de la Russie. La paix, ce n’est pas la capitulation de l’Ukraine. » La paix n’est pas la capitulation de l’Ukraine, mais l’Ukraine n’est pas en position de gagner, dit-il juste avant ? Le Russe est notre adversaire, mais nous ne sommes pas en guerre, alors que nous envoyons tout de même de l’argent et des armes ? Il veut dire quoi exactement ?

« Notre capacité nucléaire nous donne une sécurité... » Il compte utiliser l’arme nucléaire, ou Poutine va l’utiliser et il devra répondre ?

« Nous serons prêts à prendre les décisions qui s’imposent pour que la Russie ne gagne jamais. » Quel genre de décision ? Les sanctions économiques ne marchent pas et nous n’avons pas les capacités nécessaires pour battre militairement la Russie ? Quelles pourraient donc être ces « décisions » ?

Le Président assume l’envoie de troupes françaises en Ukraine mais affirme que la France ne mènera pas d’offensive. Il « assume », c’est à dire ? Assumer, c’est en principe, subir les conséquences de ses actes et depuis sept ans, il ne subit aucune conséquence de ses actes, pourtant tous à côté de la plaque puisque nous en sommes au point zéro dans à peu près tous les domaines.

« Notre industrie de défense n’est pas adaptée pour une guerre de haute intensité. Mais nous avons multiplié par trois nos capacités de production. Nous allons aussi produire des armes en Ukraine, plus près du front. » Il reconnaît par là que notre engagement militaire n’est pas possible, mais n’écarte pas la possibilité d’un engagement.

« La sécurité de l’Europe et des Français se joue actuellement. » La Russie nous a-t-elle menacés ?

« Si la Russie continue son escalade, nous serons prêts ! » Prêts comment puisqu’il reconnaît que nous n’en avons pas les moyens ?

Le discours du président est complètement incompréhensible et nous sommes face à deux options. Soit il est dépassé, ne sait plus ce qu’il dit, ni ce qu’il fait, n’a plus aucun levier d’action et se condamne à pratiquer un verbiage totalement idiot pour faire croire qu’il a encore une quelconque importance sur l’échiquier politique. Soit il est en service commandé au service de l’hégémonie américaine, liquide l’industrie française, liquide la nation en l’endettant au maximum au prétexte de guerre, liquide l’économie allemande, précédemment gavée au gaz russe bon marché, en poussant à la roue en permanence pour que s’accumulent des « sanctions économiques » qui sont en réalité plus contre nous que contre la Russie, tout le monde l’a désormais bien compris. Et Bruno Le Maire a été le dindon de la farce. Cela se tiendrait : les USA, pour garder leur hégémonie ont tout intérêt à ruiner l’Europe, à rapatrier les brillantes entreprises allemandes sur leur sol, ce qu’ils sont en train de réaliser, pour se recentrer sur leur base et espérer rebondir.

En résumé, soit il est complètement en roue libre, sous l’emprise de psychotropes, comme l’expliquait récemment une députée RN, soit il est un agent américain et fait le job : pérenniser la domination US en affaiblissant l’Europe. L’Allemagne qui n’a de cesse de commander du matériel militaire américain serait ainsi torpillée par ses propres amis, à qui se fier ?

15 mars 2024

UN ROI LUNAIRE

Gabriel Nerciat

"La marée ne doit pas et ne va pas monter jusqu'à mon château de sable. J'ai dit. C'est toute la plage qui serait menacée avec lui.
Misérables gueux, je suis le seul à pouvoir effrayer la Lune. Elle le sait et, quand je le dis, se voile ou s'en offusque.
L'impératrice Ursula ma marraine en est persuadée autant que moi. Elle est moins bête que tous ces pleutres roitelets germaniques ou magyares.
Alors, c'est simple, entendez-vous : vous allez me laisser hypothéquer vos derniers bijoux de famille afin qu'elle puisse m'acheter des canons.
Si vous ne vous laissez pas faire, je vous envoie tous en orbite sur la Lune : vous verrez comme il y fait noir. J'ai dit."

10 mars 2024

Guerre d’Ukraine, n’ayons pas trop peur (réflexion sur la parole présidentielle)

Maxime Tandonnet


8/3/2024 - Hier, les propos du président français ont marqué les esprits à l’issue de sa rencontre avec les chefs de partis politiques : « Nous n’aurons aucune limite dans le soutien à l’Ukraine ». Il était difficile de cogner plus fort. Aucune limite, si les mots ont un sens, implique la possibilité de l’envoi de l’armée français au combat (même seule puisque les USA, l’Allemagne, etc. ont exclu toute intervention), d’une mobilisation générale, des bombardements français de la Russie, et même de l’usage par la France de l’arme nucléaire. J’ai bien dit, si les mots ont un sens : aucune limite. Cette déclaration reprenait en beaucoup plus musclé les mots présidentiels de l’avant-veille sur l’envoi de troupes françaises en Ukraine, non à exclure, qui avait déjà déclenché un formidable tollé en France et dans le monde occidental. Il va de soi que la Russie disposant de 20 fois plus d’ogives nucléaires que notre pays (6000/300), un tel recours aux bombardements voire au nucléaire par la France – aucune limite – signifierait, en quelques minutes, l’anéantissement de notre pays et la vitrification de ses 60 millions d’habitants. Les responsables politiques ont tous réagi au propos présidentiel par le même mot : « irresponsabilité ». En vérité, la rhétorique élyséenne ne doit pas nous inquiéter exagérément. La politique, dans tous les domaines, se caractérise par le découplage entre le réel et le virtuel. Peu à peu, le virtuel, ou le spectacle, le théâtre, le Grand-Guignol, écrase la réalité et s’y substitue. Quand le chef de l’Etat fait ces déclarations, il n’en pense sûrement pas un traître mot. En parole, M. Macron n’a effectivement aucune limite. Mais face au réel, son tempérament le porte plutôt à la prudence sinon à la pusillanimité. Voyez comme il n’a jamais pris le risque de dissoudre l’Assemblée nationale chaotique, une décision à peu près 1000 fois moins grave que celle d’engager l’armée française contre la Russie. D’ailleurs, toute l’histoire montre qu’un dirigeant qui a des intentions offensives ne les formule jamais au grand jour : il prépare son coup en secret. La parole explosive est souvent un mode de compensation d’une fragilité, le masque du désarroi ou de l’indécision. Ces paroles aucune limite sont en parfaite contradiction avec nombre de déclarations, quasi simultanées, selon lesquelles notre pays n’est pas cobelligérant et ne le sera jamais. Cependant, dans le monde virtuel des politiciens au pouvoir, les contradictions n’ont pas d’importance. Alors pourquoi ces déclarations tempétueuses ? Les raisons sont de 4 ordres :
1) A la veille des Européennes, ériger le parti présidentiel en défenseur de l’Ukraine contre tous les autres, prétendus « Munichois » ;
2) Entretenir l’écran de fumée qui recouvre l’état épouvantable de notre pays (financier, économique, scolaire, sécuritaire, social, etc.) et les échecs du pouvoir actuel ;
3) comme pendant la crise sanitaire (« nous sommes en guerre ») maintenir le pays sous la pression de la peur qui annihile la protestation ;
4) le tempérament du chef de l’Etat qui le pousse à s’afficher au premier rang – en attendant l’apothéose des JO de Paris.
Alors évidemment, ces paroles ne font pas peur aux dirigeants russes tant elles manifestent un désarroi et une indécision, une sorte de chaos mental de leurs adversaires ou ennemis et elles aboutissent à l’effet exactement inverse en leur montrant la fragilité et la division du monde occidental. Et ils ne peuvent qu’en profiter…

NB : ce matin, M. Lecornu : « Il n’est pas question d’envoyer des troupes au sol. » Pour qui nous prennent-ils ?

https://maximetandonnet.wordpress.com/2024/03/08/guerre-dukraine-nayons-pas-trop-peur-reflexion-sur-la-parole-presidentielle/
Radu Portocala

« Aucune limite » au soutien à l’Ukraine, a dit le chef.

Nous entrons, donc, dans la zone la plus périlleuse de l’inconscience : là où un homme qui n’a pas de limites pour lui-même veut entraîner un pays sans demander son consentement, croyant qu’il juge mieux que quiconque et que tout lui est permis.

Il signifie par ces mots qu’il entend être le détenteur d’un pouvoir total, que le pays doit se soumettre sans broncher aux obscurs tortillements de ce qu’il croit être sa pensée stratégique.

La France, me semble-t-il, est désormais en danger de mort.

6 mars 2024

LE BELLICISME DES PLEUTRES

Gabriel Nerciat

2018 : "Qu'ils viennent me chercher !"
2024 : "Retenez-moi, ou je déclare la guerre mondiale aux Russes !"
Rires en Russie, consternation en Europe, indifférence amusée en Amérique.
Comment faire comprendre à ce pleutre abusif qu'il est doublement risible lorsqu'il veut faire assaut de virilité ?
Et puis, qui a dit que le temps passe vite ? J'ai l'impression que ce type calamiteux squatte le palais de Madame de Pompadour depuis des lustres.
La seule question des trois ans qui viennent : quel providentiel Lee Harvey Oswald daignera enfin nous en libérer... ↴

28 février 2024

Radu Portocala

La moindre des choses, me semble-t-il, qu’on puisse attendre de l’homme qui dirige un État, est qu’il soit lucide.
La déclaration qu’a faite lundi Emmanuel Macron, désireux d’envisager l’envoi de troupes en Ukraine, est une preuve - une de plus ! - d’absence de lucidité. Une preuve, aussi, que le président de la France place les intérêts du pays et de la nation loin derrière les lubies de ses suzerains d’outre-Atlantique.
Il est vrai que, ces derniers jours, la signature dans la précipitation par plusieurs pays européens d’accords de sécurité avec l’Ukraine augurait cette posture guerrière. Ces accords sont sans doute le résultat du refus que plusieurs membres de l’OTAN ont opposé à l’idée d’entrer en guerre contre la Russie. Pour contourner cet obstacle, les génies qui gouvernent l’Europe ont trouvé que ces multiples accords bilatéraux seraient une très bonne solution. Ainsi, nul besoin d’invoquer l’article 5 des Traités de l’OTAN, nul besoin non plus d’un consensus de tous les membres de l’alliance. Chaque État, donc, qui a signé un tel accord de sécurité peut prendre seul l’initiative d’envoyer au front des soldats portant ses couleurs. Avec pour conséquence de se trouver en guerre avec la Russie.
Cette Russie dont l’existence même gêne notre bien-aimé guide - les États-Unis, qu’une vision paranoïaque des affaires du monde pousse à vouloir en être les seuls maîtres, contrôlant tout, sans que rien ne puisse contrarier leur suprématie branlante. La Russie qui leur apparaît comme un obstacle malencontreusement dressé par l’histoire et la géographie devant cette ambition. Mais est-ce le problème des Européens ? Non ! Sommes-nous, Européens, les défenseurs des obsessions américaines ? Non ! Depuis 2022 - et bien avant, en réalité -, les États-Unis font la guerre à la Russie par l’intermédiaire de l’Ukraine, et sont en train de perdre comme ils ont perdu toutes les guerres qu’ils ont provoquées depuis 70 ans. Emmanuel Macron veut maintenant être l’intermédiaire de l’intermédiaire, être en quelque sorte le suppléant des États-Unis en Ukraine.
Il y a deux ans, imposant à la France de grands sacrifices au nom d’une impossible victoire ukrainienne, Emmanuel Macron disait que cela était « le prix de notre liberté ». Mais il ne nous expliquait pas en quoi cette liberté dans la pauvreté était dépendante de l’intégrité territoriale d’une Ukraine qui se rêve en colonie américaine. Plusieurs de ses homologues, dans d’autres capitales, ont fini par tenir un discours semblable. Et pour l’argumenter ils ont décidé, l’un après l’autre, d’annoncer que nous vivons désormais sous la menace d’une très certaine invasion de l’Europe par la Russie d’ici 5 ans. Il faut croire qu’ils lisent tous dans la même boule de cristal.
Si Emmanuel Macron, aveuglé par cette douteuse prémonition, veut aujourd’hui entrer en guerre contre la Russie, c’est probablement parce qu’il pense devoir mener une opération offensive par précaution défensive. Cela correspond bien à sa pensée « complexe ». Mais, paraît-il, cela n’a rien à voir avec les capacités militaires de la France. Tient-il absolument à couronner sa très mauvaise présidence par le déclenchement d’un conflit mondial ? Réagissant à son propos, Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin a dit : « Dans ce cas [envoi de troupes occidentales en Ukraine], nous ne parlerons plus de la probabilité d’une guerre avec l’OTAN, mais d’une inévitabilité. » Peut-on être plus clair ? Et accepte-t-on ici, avec la sérénité de l’inconscience, cette « inévitabilité » ?
Il suffirait d’une vague lueur de lucidité pour entrevoir l’effroyable désastre qu’une telle initiative pourrait provoquer. Déjà appauvrie ces derniers temps, la France réduite à une misère noire ; la France bombardée ; la France perdant une partie de sa jeunesse au combat. Tout cela pour satisfaire l’ambition d’Emmanuel Macron de se subordonner aux fantasmes d’une Amérique déclinante.
Assurément, il faut de la lucidité pour diriger un pays. Et il faut, surtout, mettre le destin de ce pays au-dessus de tout. Il semblerait que cela soit devenu impensable.
Georges Kuzmanovic

La France perd deux places dans le classement des réseaux diplomatiques du monde. Nous sommes maintenant 5ème, devancés par la Turquie et le Japon.
Et encore, la Russie n'a pas été classée - en la comptant nous sommes 6ème.
Jusqu'en 2019 nous avions le 2ème réseau mondial derrière les États-Unis (et alors en comptant la Russie).
Jusqu'en 2019... Il a fallu seulement 2 ans à Emmanuel Macron pour briser un outil ancestral qui a permis à la France de briller et de jouer un rôle majeur dans le monde depuis des siècles.
Macron a volontairement sabordé le corps diplomatique français pour affaiblir notre pays et favoriser l’Union européenne.
C'est cela son projet de bâtir "la souveraineté européenne", bien évidement au détriment de la souveraineté de la France.
Pour que l'Union européenne devienne fédérale - son projet - il faut moins de France. Et ce dans tous les domaines : économiques, diplomatiques, militaires, scientifiques, etc.
Les deux ne sont pas compatibles.
Ultimement, après la fin du droit de Veto des États membre de l'UE - un des enjeux principaux des élections européennes de 2024 - Macron ou son épigone organisera le transfert à l'UE (c'est-à-dire à l'Allemagne) du siège permanent de la France au Conseil de sécurité de l'ONU, ainsi que la dissuasion nucléaire française.
Belle réussite que cette destruction de la République... en marche forcée.
Macron déteste la France. C'est un mondialiste qui veut qu'elle se fonde dans autre chose.
Macron, comme Louis XV en son temps, peut dire "après moi le déluge".

27 février 2024

Arnaud Benedetti


Il y a une dimension profondément factice dans le macronisme. C’est ce qui pose problème au demeurant et qui risque le moment venu de se payer au prix fort. Il existe des institutions, il existe des procédures, il existe des corps intermédiaires dans une démocratie. Emmanuel Macron affaiblit tout cela par sa pratique. Connaissez-vous beaucoup de présidents sous la Ve République qui aient souhaité qu’une loi dont ils sont à l’origine soit censurée par le Conseil constitutionnel ? C’est pourtant ce à quoi s’est prêté l’actuel chef de l’État, montrant ainsi une désinvolture sans précédent avec l’usage institutionnel. De même lorsqu’il annonce, depuis un an sans avoir de majorité à l’Assemblée nationale, des initiatives comme les «cent jours», les rencontres de Saint-Denis, "le grand rendez-vous avec les Français", tout est fait en usant d’artefacts communicants pour contourner la seule matrice démocratique dont le Président devrait se soucier dans une démocratie, à savoir la souveraineté populaire, qu’il s’efforce en permanence de tenir à distance et de contourner.

Article intégral ↴

25 février 2024

Radu Portocala

25/2/2024 - Vouloir passer au Salon de l’Agriculture, en dépit des huées, plus d’heures que tout autre président. Ambition puérile qui dénote un état d’esprit puéril. Mais aussi un plaisir suspect à provoquer l’animosité pour prouver qu’on n’en tient pas compte. Puérilité de nouveau, fanfaronnade de cour de récréation.
Utiliser un langage qui rabaisse la fonction, vulgaire souvent, frôlant parfois celui des voyous - la vraie nature surgissant de derrière le fard trompeur. Tutoyer les gens pour créer l’illusion d’une impossible égalité ou pour tenter de se placer au-dessus d’eux avec sa didactique creuse.
Et, une fois de plus, s’agiter en bras de chemise, retrousser ses manches - exercice de démagogie bon marché pour montrer qu’il travaille dur, qu’il est au charbon, que, dans une chaleur infernale, c’est lui qui fait avancer la locomotive qu’est ce pays.
Tout cela est ridicule, inepte, insupportable. Théâtre de quatrième catégorie joué devant le miroir.