Affichage des articles dont le libellé est Gaillard Catherine. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Gaillard Catherine. Afficher tous les articles

30 juin 2023

Affaire Nahel

Catherine Gaillard

Lu : « Le récit du procureur de la République de Nanterre est glaçant. Un gamin mineur, n'ayant pas de permis, roule à vive allure en agglomération à bord d'un bolide depuis 7h50 du matin. Il emprunte la voie de bus, grille un feu rouge, manque de renverser un piéton, puis un cycliste, est pris en chasse par deux motards, est sommé de s'arrêter à deux reprises, refuse d'obtempérer, est finalement obligé de s'arrêter à cause de la circulation, est arrêté par les motards vers 8h20. Le motard lui pointe son arme dessus et le menace en lui disant qu'il va tirer s'il redémarre. Et le gamin redémarre la voiture.
La suite, on la connaît. Un drame regrettable. Le policier tire. Il aurait dû ne pas tirer.
Mais le gamin, aurait-il dû redémarrer ?
Et pourquoi le fait-il ? Parce qu'il n'y a plus de respect de l'autorité. Parce qu'il est en roue libre et il est conscient du laxisme de la justice. Il sait qu'il ne risque rien s'il blesse ou tue un policier ou un autre usager de la route à bord de son bolide. C'est la vérité. Elle déplaît, elle fait mal. Mais, c'est la réalité ! »

12 avril 2023

Catherine Gaillard

Habitat Toulouse (mon bailleur HLM)

Poubelles jetées des fenêtres, pratiquement plus une seule femme qui ne porte le voile (le noir, bien couvrant, de plus en plus), hommes avec énormes barbes, tenues salafistes, choufs, quads, motos folles, trafics divers et variés, etc… Enfants qui hurlent quand ils croisent un chien, (en fait ce sont eux qui font peur aux chiens le plus souvent). Le français langue parlée de plus en plus rare dans le quartier, le bus, le métro. Bientôt dans nos belles provinces ?




11 avril 2023

Catherine Gaillard

Heureusement que j'aime le (bon) pain/beurre pour les repas. Le vrai bon pain au levain c'est encore un des derniers "luxes" que je peux me permettre (après on s'étonne que ce soient les gens pauvres les plus gros ^^). Les courses de bouffe, ça ne passe plus... Chaque fois au supermarché je regarde ces jeunes qui tournent dans les rayons pour faire leurs courses avec les quelques pièces dont ils disposent, ça, ça m'arrache le cœur... Ces mères/pères de famille au smic ou au rsa parcourant les rayons avec une toute petite liste. Prenant les articles, les retournant, les reposant. Les enfants qui voudraient bien un lapin au chocolat, ces gens qui aiment leurs enfants et ne peuvent pas/plus leur faire plaisir, quelle tristesse... En plus du reste, ça devient une épreuve morale... "Il paraît" que non seulement ça va durer, mais devenir pire encore... Combien de temps on va encore supporter ça ?

22 mars 2023

C'est tout ça qui se retrouve dans les rues aujourd'hui

Catherine Gaillard

C'est Maqueron, c'est les mensonges de Darmanin, l'ultra-violence de Lallement, les humiliations à répétition, l'autre qui va "ruiner la Russie" et qui ruine simplement la France, les éborgnements et les mains arrachées de GJ, le jeune "tombé" à l'eau et disparu, la dame LBDée à sa fenêtre et décédée, la débilité crasse de la majorité des playmobiles En marche, la pfizeration obligatoire, les flics envoyés armés sur les plages et dans la forêt à la chasse aux familles, les vieux, morts tout seuls avec leur boîte de Doliprane, leurs enfants empêchés, les traitements empêchés, les soignants jetés sans salaire ni allocations, les auto-autorisations ubuesques pour faire 3 pas dehors, nos gosses et ados malades sans plus de structures pour s'occuper d'eux, les radiations intempestives de demandeurs d'emploi, les durées d'indemnisation et les allocations chômages rabotées, le pognon de dingue et les canons à Zelensky, c'est la mère von der Leyen, les gens qui commencent à ne plus pouvoir faire bouffer leurs gosses, le maintien au turbin, au chômage ou au RSA 2 ans de plus, avant de toucher peut-être des miettes de retraite, et autres "j'ai bien envie de les emmerder..." et bras d'honneur, on n'en finirait plus de vouloir faire toute la liste, bref c'est tout ça qui se retrouve dans les rues aujourd'hui.

7 mars 2023

Haine de classe

Catherine Gaillard

Il est question sans cesse de la haine de classe qui s'exerce (ou s'exercerait) des classes populaires envers la classe des "élites" bourgeoises...
Mais, je viens d'avoir l'occasion d'entendre ce matin sur CNews – après la séquence hallucinante avec Éric Woerth qui m'a donné envie de faire péter des fumigènes dans mon salon – les Joseph Macé-Scaron, les Vincent Hervouët qui lui, s'est trouvé forcé un moment, dans ses derniers retranchements de se départir de sa grandiloquence affectée pour, n'y tenant plus, éructer, s'étrangler littéralement, cramoisi, poitrail tendu, au sujet du grand mouvement de grève générale qui s'amorce et plus particulièrement contre Benjamin Amar, CGT, également sur le plateau (répulsif et plein d'approximations, d'erreurs politico-historiques, il faut l'avouer, fournissant tous les bâtons pour se faire battre, dommage), ce fut la "révélation" d'un grand moment...
Je n'ai pu m'empêcher de sourire tant ces gens-là sont la réplique à peu près exacte de ce que les Versaillais ont été pendant la Commune. Thiers n'est pas mort. C'est une haine de sang, un sang de haine, qui coule dans leurs veines.
Parce que les sacrifices des anciens ont fini par arracher un peu plus de "sécurité sociale" qu'à cette époque, on s'imagine que la caste privilégiée s'est enfin convertie à plus de justice, et tout au moins à la simple décence commune, mais non, bien sûr. En temps de crise, la défense jalouse de leurs privilèges, la haine qui bouillonne sous leur peau affleurent à la surface, il ne peuvent plus se contrôler, il faut que les comptes secrets, les conseils en bons placements "légaux" continuent à prospérer, que les boustifailleurs continuent à boustifailler, que fifis et fifilles puissent continuer à aller faire leurs stages de langues, de marketing et de commerce international à l'étranger et du ski l'hiver à Megève ou ailleurs, il faut, il faut, il faut... Que leur importe bien que tes morveux n'aillent jamais voir la mer.

1 mars 2023

Délitement

Catherine Gaillard

Une ado s'amuse avec ses copines bourrées à mettre son chien dans le sèche-linge et le tue, trop drôle, l'Espagne autorise légalement la zoophilie avec son animal de compagnie – trop cool, surtout pour lui on imagine – (bon, il semble que ne soit pas exactement ça me fait-on justement remarquer mais ça reste pas très clair malgré tout), il y a depuis 4 ou 5 ans une énorme épidémie d'églises auto-combustibles – évidemment celles qui ne sont pas encore démolies –, les jeunes athlètes français se démerdent entre eux pour monter des cagnottes mais le gouvernement ouvre sa bourse (nos pépettes) pour les sportifs ukrainiens. Brigitte Trognon nous assure – nous susurre – que nous les Français, gros gâtés ingrats, on a de la chance, à l'hôpital il y a encore de la place sur des charriots dans les couloirs, et si on a un trou dans la dent on a quand même un rendez-vous dans les 3, 4 ou 5 mois, on n'a qu'à courir 10 pharmacies pour dégoter son antibiotique et son anti-inflammatoire. Nos gosses subissent à l'école les leçons de transition sexuelle, cis, non genrée LGBTQ+++ etc., la tolérance et l'antiracisme dès l'âge de 8 ans mais ne savent plus ni lire ni écrire, des travelos blacks se trémoussent à l'Elysée sur des sonos autour du couple Alpha hilare, le chemsex et la coke imbibent le show-biz prescripteur de moraline sanitaro-progressiste au populo qui lui, supporte tout seul "l'économie de guerre", ne bouffe plus après le 20 du mois, se prend tous les jours dans la rue les coups de couteau et les mariages diversitaires, devra bosser 2 ans de plus pour continuer à alimenter tout ça. Et sinon, Pierre Palmade.

5 février 2023

Je réfléchis donc je balaie (les possibles)

Catherine Gaillard

Et si...
Une population de bien plus de futurs Français composée de "réfugiés" afghans, syriens, pakistanais, marocains, algériens, sénégalais, congolais, etc. serait tout-de-même beaucoup moins "réfractaire" aux salaires minables, aux logements-gourbis, à la gouverne autoritaire, aux mesures politiques iniques de tout poil, (tout au moins dans un premier temps – une ou deux générations – le temps pour les mondialistes de finir plus tranquillement de démanteler ce qui reste de services publics, installer en lieu et place de ces derniers une société intégralement ubérisée de la santé au travail en passant par l'instruction et tout ce qui peut se marchandiser – tout en se contentant parallèlement d'exercer une simple gérance, une supervision, brutales s'il le faut, des conflits larvés ou déclarés entre groupes ethniques, sexuels LGBTXYZ, religieux, etc... où les gens passeraient leur temps à se faire entre-eux des guerres incessantes sans plus nuire à l'établissement du reboot socio-économique.

1 février 2023

Dans la série "Alors tu vois, moi par exemple..."

Catherine Gaillard

Après qu'il ait été calculé il y a quelques années que j'avais droit à une retraite de 900 euros après avoir travaillé depuis l'âge de 17 ans et ensuite élevé seule 2 enfants, j'ai dû reprendre un boulot pour pouvoir de temps en temps gâter très modestement mon petit-fils, ou par exemple simplement m'acheter un vrai manteau ou des chaussures chaudes.
J'ai été embauchée pendant 3 ans en temps que nounou/aide scolaire chez différentes familles pour en moyenne 250 euros par mois. Au passage, je vous le dis, c'est dur, même si comme moi on aime tendrement les enfants (eh oui, il faut se coltiner les parents ^^)...
Déclarée, j'ai donc vu diminuer la modeste APL (aide personnalisée au logement) : de 160 euros, elle est passée à 120 euros. Perte sèche 40 euros, donc.
OK.
Parallèlement, les points retraite obtenus à la base de calcul de la pension de retraite n'augmentent pas si tu reprends un boulot. Donc mon travail de nounou pendant 3 ans ne m'a donné aucun point supplémentaire, et m'a laissée avec ma retraite de 900 euros.
Parallèlement également, on ne m'a jamais rétabli mon APL de départ, alors que je ne "fais" plus nounou depuis. Enfin, si, j'ai récupéré pas tout à fait 10 euros, parce qu'entre-temps Macron avait décidé de toute façon de diminuer les APL (y compris pour les étudiants, tous les étudiants).
J'ai bien conscience que ce sont là des comptes d'apothicaire, mais les pauvres en sont réduits à ça, aux comptes d'apothicaires. Même dans les rêves, la nuit, on fait encore les comptes (d'apothicaire).
Et il y a des situations bien plus problématiques que la mienne. Et quasiment toutes, elles passent sous les radars. Et on se garde bien de régler les radars.
Comme dit Mme Elisabeth Lévy au sujet de la "réforme" des retraites : « Oui, mais doit-on toujours écouter LA RUE ? »

29 janvier 2023

« Plus jamais ça »

Catherine Gaillard

Cette phrase revient, toujours la même, comme un mantra : "plus jamais ça" ou "n'oublions jamais".
Oublier ? Qui pourrait donc bien oublier ?
"Plus jamais ça" on le sait bien, ce n'est qu'un vœu pieux, une formule magique qui permet de se tenir à distance de "l'événement" au fond... Il est tellement insupportable.
J'ai vu, comme d'autres, comme il était si facile, aujourd'hui encore, de retourner une partie de la population contre une autre, d'ostraciser tout un groupe, lui retirer la liberté de circuler, l'empêcher de continuer à aller gagner sa vie et celle de sa famille, l'insulter quotidiennement dans les médias, y compris de la part d'un président de la République ! Et tout ceci étant apparemment considéré comme chose normale. J'ai même entendu parler de camps, d'inoculations de force, je n'ai pas rêvé, nous n'avons pas rêvé ! Certains d'entre-nous n'ont pu ni voir ni accompagner leurs parents dans leurs derniers moments ! J'arrête ici, pourtant il y a tant à dire... Et les gens qui ont préconisé tout ça sont toujours aux responsabilités aujourd'hui, tiennent toujours le crachoir au gouvernement, dans les médias, sur les réseaux sociaux... D'autres encore ont l'air à peine au courant, à peine conscients de ce qui s'est véritablement passé. Donc, le "plus jamais ça" je n'y croyais déjà pas, mais j'y crois encore moins aujourd'hui. Attention, est-il utile de le préciser, mais je pense bien que ça l'est, évidemment je ne compare pas les deux "situations", je dis juste que nous sommes, êtres humains, toujours les mêmes, nous n'avons pas progressé.

19 janvier 2023

CNews, une chaîne en danger

Catherine Gaillard

Bon, on en a eu confirmation s'il en était besoin, le logiciel de base de CNews est à droite, et quelquefois même à droite-droite. Pour preuve ces 2 ou 3 derniers jours où la quasi totalité des émissions avait pour thème principal les violences générées par et dans les manifestations. Ils auraient voulu décourager les gens d'y participer (mais quelle idée ^^) qu'ils n'auraient pas fait autrement. La belle Madame Mabrouck a révélé (malgré elle sans doute) de quel côté elle avait son portefeuille, et puis la plèbe ça reste la plèbe quand même... Pascal Praud souffle le chaud et le froid, ménage la chèvre et le chou, il est mâtin le bougre, c'est la vedette, il est populaire, il a une place en or, que dis-je platine/diamants, il y tient et on le comprend. J'ajoute qu'il ne manque pas de courage malgré tout. Dans la profession c'est devenu rarissime... Éric Revel a été l'un des pires. Vu le phénoménal succès des manifestations il est obligé d'en rabattre un tout petit peu ce soir, mais ses boules lui sont remontées jusque dans la gorge, on le voit et l'entend bien... Lui, c'est vraiment un authentique vestige de l'Ancien Régime (en toute innocence hein ^^).
Bon moi je suis juste une orpheline politique.
Ceci dit, ça reste la seule chaîne où la pluralité des opinions a une chance de pouvoir s'exprimer encore. La seule, je dirais... Et pour ça c'est une chaîne en danger. Menacée d'être obligée de cesser d'émettre. C'est une ZAD ! Notre ZAD !

12 décembre 2022

Catherine Gaillard

Il continue à dilapider la France. Toi le gueux réfractaire, continue à te priver de chauffage, bouffe avec tes gosses de plus en plus de daube pas chère et vois avec gentil Cofidis pour finir tes mois et payer ton gaz et ton électricité.

E. Macron aujourd'hui : « Avec le Président Zelensky, nous avons préparé les conférences que la France accueille mardi : une première, internationale, pour répondre aux besoins de l'Ukraine pour passer l’hiver, et une seconde avec les entreprises françaises qui s'engagent dans la reconstruction du pays. »

Anne-Sophie Chazaud lui répond : « Pendant que vous dilapidez de l’argent qui n’est pas à vous, les Français se tiers-mondialisent, des entreprises ferment, des ménages se paupérisent, l’État s’effondre. Cela s’appelle de la trahison. Vous n’avez de cesse que de trahir le peuple français. »

Monique Plaza : « Nous sommes en plein cauchemar. Emmanuel Macron décide tout seul de reconstruire l’Ukraine avec Zelensky en utilisant l’argent public de notre pays qu’il s’acharne à détruire. Merci à ceux qui l’ont réélu et qui ont appelé à le réélire. »