Affichage des articles dont le libellé est [Bachelot Roselyne]. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est [Bachelot Roselyne]. Afficher tous les articles

11 mai 2023

ROSELYNE OU LA FIN DE TOUT

Gabriel Nerciat

Il y a de cela un peu plus de deux ans, j'avais publié ici même un statut assez désobligeant et discourtois sur la mise ridicule et le manque d'attrait évident de Roselyne Bachelot, alors ministre de la Culture, ce qui m'avait valu beaucoup de réactions outragées de la part de plusieurs dames, jeunes ou moins jeunes, qui étaient prêtes à me dénoncer à la patrouille de Madame Schiappa pour attentat à la dignité des femmes cisgenres (au passage, je n'ai jamais compris pourquoi les filles d'Eve, pourtant si souvent cruelles et fourbes entre elles lorsqu'elles parlent de leurs congénères loin des oreilles des hommes, prennent ainsi la mouche dès qu'un homme se moque des défauts physiques ou vestimentaires de l'une d'entre elles ; moi, si l'on me disait que Gérald Darmanin a la tête d'un nain de cirque qui tombe de cheval ou que Dupond-Moretti ressemble à un Scaramouche ou un Capitan gavé de moisissures de gorgonzola, je ne me sentirais lié par aucune solidarité virile d'aucune sorte).
Eh bien, aujourd'hui, je vais me permettre de récidiver, puisque cette grosse vache angevine au lait rance a cru bon de dégoiser publiquement à propos du physique du roi et de la reine d'Angleterre sur le plateau d'une chaîne d'information continue ("on dirait deux glands au balcon et pas seulement deux cocus ; la quiche c'est en hommage à Camilla", etc.).
Donc, désolé, Mesdames, mais je vais bisser : Roselyne Bachelot n'est pas seulement une femme dont la laideur physique et morale devrait tomber sous le coup de la loi (le seul bruit de son rire aussi vulgaire que terrifiant, qu'on croirait sorti de la bouche protubérante d'un hippopotame peint en rouge, rendrait celui d'un aspirateur ou d'un siphon de lavabo proche d'un concerto de Mozart) ; c'est surtout, un peu comme Monsieur Prudhomme au XIXe siècle, l'aboutissement clownesque, rigolard, avachi, lamentable et inconsciemment sadique de ce que peut produire de pire la plus dégénérée, la plus médiocre, la plus veule des bourgeoisies de province.
Que la gauche radicale arrête de nous casser les bonbons avec Warren Buffet, Elon Musk, le fils Lagardère, la fille Bettencourt ou Vincent Bolloré. Et avec les Windsor plus encore.
Ce n'est pas pour eux qu'il faut impérativement rétablir le goulag ou la Terreur montagnarde.
C'est pour elle : Roselyne, la femme fatale échappée d'un Rotary Club d'épouvante des provinces de l'ouest et/ou d'une partouze de pharmaciens et de morticoles que n'aurait pas même voulu essayer de filmer Claude Chabrol au soir de sa carrière.
On nous dit que c'est une femme qui n'a peur de rien, fabuleusement spirituelle et anticonformiste, et qui rit d'aise, comme une grosse tourterelle roucoulant devant le chasseur venu l'étrangler ou la plumer, face à Edwy Plenel qui entreprend de lui expliquer que son ancien parti – qu'elle a trahi dix fois – est devenu un repaire de fascistes.
On nous dit aussi que c'est une fière républicaine, une grande dame chiraquienne et laïque qui ne supporte pas les fastes de la monarchie anglaise parce que ce sont des attentats en règle contre le principe républicain d'égalité et de laïcité.
Et mon cul, Edwige, c'est du porridge ?
Cette pharmacienne indigne, exactement comme le roi qu'elle critique, dans sa triste vie n'a rien fait d'autre que de naître, fille d'un député-maire gaulliste de l'Anjou qui lui a légué son siège alors même qu'elle n'avait pas encore bouclé son diplôme, et d'une dentiste-féministe à la noix qui le soir devait rêver d'embaumer dans le silicone la mâchoire et les dents de sagesse d'Olympe de Gouges.
Pour qui se prend cette excroissance cauchemardesque de la chair humaine ? De quoi nous parle-t-elle ? De quel type d'égalité se gargarise-t-elle ?
Un jour, il y aura une série Netflix à sa gloire, et ce jour-là nous saurons enfin que l'Enfer existe dès ce bas-monde.
Madame Homais est féministe ? Mais a-t-elle conscience du degré d'infamie et de grotesque dans lequel elle fait choir son sexe ?
Il faudrait la livrer aux Anglais dans la tenue des bourgeois de Calais (toujours plus élégante, à tout prendre, que ses pathétiques tailleurs d'un vert ou d'un rose dégueulis effroyables) afin qu'ils aient l'amabilité de la murer vivante à l'intérieur de la tour de Londres ou lui faire subir le supplice de Roger Mortimer (les admirateurs des Rois Maudits me comprendront).
Là, vraiment, Votre Majesté, ce serait le chef d'oeuvre indépassable de l'entente cordiale qui unit nos deux nations depuis plus d'un siècle.
Toute la France vous en serait reconnaissante à jamais.